Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 10:35

La dentelle d’Alençon est une dentelle originaire de la ville d’Alençon.

 

Parfois appelée la « reine de la dentelle », la dentelle d’Alençon débute au XVe siècle dans une concurrence avec le « point de Venise ».

Vers les années 1660, Marthe La Perrière invente le « point d’Alençon » qui obtient alors de Colbert un privilège de manufacture royale.

Le « point d’Alençon », dont le secret fut longtemps jalousement gardé, est une dentelle à l’aiguille caractérisée par un réseau de mailles bouclées, des points de fantaisie appelés « modes », des brodes (mèches de fils recouvertes de points de feston serrés formant les reliefs) recouvertes de points de boutonnière serrés et, après 1775, parfois faites de crin de cheval.

Le réseau de mailles bouclées est mis au point vers 1690, mais n’est appelé « point d’Alençon » que vers 1720. À partir de 1855 apparaissent les motifs ombrés (séries de points plus ou moins serrés de manière à obtenir un effet de clair obscur).

 L’industrie de la dentelle d’Alençon, qui est, depuis le XVIIIe siècle, la plus prestigieuse et la plus coûteuse des dentelles, a connu depuis sa création une vogue croissante jusqu’au déclin de cette industrie au début du XXe siècle sous la concurrence de la dentelle mécanique.

 Aujourd’hui, l’Atelier national du point d’Alençon préserve et transmet, sous l’égide du Ministère de la Culture, la tradition et la technique de ce point de dentelle particulier tout en s’efforçant d’en renouveler la technique en transplantant les caractéristiques du « point d’Alençon » sur de nouveaux matériaux et en créant de nouvelles gammes de produits dérivés.

La dentelle d'Alençon a été inscrite sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco le 16 novembre 2010[1].

 

 

e30aaaa7f8f3c15e1656140e9c7e2b2b 

 

Repost 0
Published by Anita - dans la dentelle
commenter cet article
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 10:10

 

La ville ou " les nuages font pencher les tours "  comme l' a dit Dante , la ville qui eut l' honneur d' ouvrir  ses portes de son université au plus grand poète , fut celle aussi ou , il y a bien longtemps , s' était établie une sorte de spécialité de la difficulté dentellière . Un auteur polonais de recueils de modèles avait  poussé les patriciennes de la ville à réaliser des prouesse en reproduisant , à l' aiguille , les blasons de leurs illustres familles .

 Mais la mode  du point s' est affaiblie , ici aussi,  jusqu' au jour ou la ville décida de sauver ses arts décoratifs .

l 'Aemilia Ars fur créé en 1898  Société  coopérative , sous le patronage  de la reine d' italie  et de nobles dames.

Pendant plus de  quarante sept ans , l' association lutta pour que la région émilienne conserve sa dentelle . Elle dut un triste jour de 1945 fermer quand même ses portes  comme le firent d' autres fabriques ou centres dentelliers .

 

 

pologne.JPEG

 

 

 Et vous quelle est votre dentelle préférée ?

 

 

Repost 0
Published by Anita - dans la dentelle
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 09:30

La spécialité de la Dentelle de Bayeux est la dentelle aux fuseaux.
Elle est répandue de la haute à la basse-Normandie, avec une concentration déterminante dans la région de CAEN et de BAYEUX , plus dynamique tant au plan de la création dentellière que de l'importance des manufactures qui ont fait sa réputation internationale.
 Les matières employées sont le lin, la soie, et plus tard le coton, surtout en période de crise d'approvisionnement.
C'est une dentelle au dessin figuratif à dominante de décors floraux. Avec des motifs architecturaux tirés de l'ornementation classique : perles, rais de coeur, godrons, feuillages stylisés (acanthes, palmettes,...) coquilles, vasques, entrelacs.
Elle est élaborée à partir des dentelles qui se fabriquaient dans la région de Paris et de Chantilly, la "Dentelle de Bayeux" a pris véritablement forme dans la seconde moitié du XVIII ème siècle. Pour devenir un style à part entière au 19 ème.
Ainsi apparaît-elle officiellement lors des grandes expositions (universelles....). Elle s'inspire alors fortement de l'image affirmée alors par les dentelles à l'aiguille d'Alençon et d'Argentan (modes des pointignans)


XVIII ème siècle : Installation des manufactures de dentelles à Bayeux (Tardif, Carpentier, Compagnie des Indes)
XIX ème siècle : Apogée technique et commerciale des fabriques de dentelle Lefébure qui ont contribué à réorganiser et à relancer toutes les prestigieuses dentelles normandes :

 

 

 

XXème siècle : A partir des années 50, disparition des dernières activités économiques de la dentelle de Bayeux. Seule subsistait jusque dans les années 1970, l'école de dentelle de Bayeux animée par une ancienne maîtresse dentellière, Madame Friteau (Meilleur Ouvrier de France 1955)

 

Bonne journée  à vous tous

 

 

 

 

Repost 0
Published by Anita - dans la dentelle
commenter cet article
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 07:39

 Il est fait mention de dentelles milanaises pour la première fois dans l' acte de partage des soeurs Visconti , en 1493 .On  cite dans cet inventaire des voiles de filet d' or et des réseaux à l' aiguille et aux fuseaux ornés de motifs que l' on retrouvera au siècle suivant dans les livres de modèles .

En 1519 Henry VIII d' Angleterre porte un haut -de -chausse  bordé de passement en soie violet et or , fait à MILAN et Jacques I er en 1606 , des canons (  Pièce vestimentaire décorative, faite de toile ornée de dentelle et de rubans, qui se portait attachée au-dessous du genou)  en fils d' argent recouverts de dentelles de Milan aussi

En France , sous le règne de Louis XIII, un édit somptuaire de 1613 prohibe l' usage de " tous passements de Milan ou façon Milan" 

Il est parfois difficile de distinguer les dentelles des Flandres de celles -ci 

Au XVIII siècle ,MILAN adopte des fonds à réseaux variés qui rapprochent de ceux de Valenciennes, mais fabrique aussi des réseaux à mailles rondes ou de fantaisies sur lesquels se détachent des emblèmes et armoiries

Les dentelles de Milan se démodèrent vite.Ils ne pourront pas suivre l' essor des flamands et leur  qualité  déclina .

A la fin du  XVIII siècle ,  Milan fabriquera une dentelle  dont les méandres seront faits aux fuseaux  et le fond à l' aiguille .

Des le XIX siècle , un lacet mécanique remplacera  définitivement  le fuseau dans cette dentelle  en coton  qui ne sera qu' un léger reflet  de sa beauté passée . 

 

 Un des motifs de la dentelle de Milan

 

Présentation1milan

Repost 0
Published by Anita - dans la dentelle
commenter cet article
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 09:23

 Bonjour à tous et à toutes .

Aujourd'hui et sur plusieurs semaines le mercredi sera consacré  à la dentelle ( ma folie , ma passion , mon travail ....  ) 

Pour commencer je vais vous faire decouvrir l' histoire de  La dentelle

  

La dentelle est le résultat d'une combinaison de fils exécutée à l'aiguille ou aux fuseaux, à l'exclusion de tout autre procédé.

On ne peut donc la confonde avec le filet ou le tulle brodés, le crochet, le macramé, la frivolité, le tricot, ni avec tout autre tissu présentant des ajourages plus ou moins grands, car ce n'est ni la légèreté ni le degré de transparence qui caractérisent la dentelle, mais uniquement les moyens mis en oeuvre pour sa fabrication.

Une autre erreur consiste à faire remonter la dentelle à une époque fort ancienne. Certains auteurs, s'imaginant que cette ancienneté illusoire confère à la dentelle des titres de noblesse supplémentaires, l'assimilent volontiers à la broderie qui, elle, fut pratiquée de tout temps. D'autres enfin, lui attribuent une origine romanesque et légendaire.

La dentelle n'apparaît que vers le milieu du XVIè siècle et dans le monde occidental. Elle est née d'un luxe nouveau issu de préoccupations d'hygiène et d'élégance, celui de la chemise de toile fine rendue apparente au cou, aux poignets et à travers les crevés qui, dans la mode nouvelle, sillonnaient les habits.

La chemise était coulissée à l'encolure, un galon de passementerie de métal ou de soie maintenant les fronces. On le remplaça rapidement par une passementerie de lin que l'on décousait et recousait plus facilement lors d'une lessive; c'est de lin aussi que les lingères fabriquèrent les glands, les cordelettes et d'autres menus agréments qui accompagnaient le linge. Peu à peu, les passements de lin prirent une importance grandissante. Ils ont d'abord eu l'aspect de galons étroits, puis, la mode étant aux dentelures destinées à garnir les fraises de plus en plus volumineuses de la fin du XVIè siècle et du début du XVIIè siècle, on les hérissa de pointes aiguës.

Ces "passements dentelés" présentent une combinaison ininterrompue de tresses et de fils tordus deux à deux qui se croisent, se divisent et s'associent pour former un mince et souvent très élégant dessin géométrique.

En se raffinant, en se compliquant, les passements de lin qui s'exécutaient d'abord par les lingères, exigèrent une main-d'oeuvre spécialisée, de plus en plus experte, si bien qu'il n'est pas exagéré de dire que la dentellière est née de la pratique du métier. Après avoir été, pendant un temps relativement long, appelé "passement" et "passement à dentelles" en raison de son aspect particulier, le travail sorti de ses mains prit le nom de "dentelle", terme qui ne se généralisa que lorsque la "dentelle" se fit à bord droit ! Ce terme devrait uniquement désigner les ouvrages aux fuseaux, mais actuellement, il couvre toute la production dentellière quel qu'en soit le procédé de fabrication. Quant au mot "point", il devrait logiquement s'appliquer aux seuls travaux à l'aiguille puisqu'il implique l'idée de piqûre et demeure, de ce fait, plus conforme à la technique.

 

 

 

P1050815.JPG

 

 

 

Repost 0
Published by Anita - dans la dentelle
commenter cet article

Accueil

  • : Anita Plin Artiste peintre
  • Anita Plin  Artiste peintre
  • : C'est avec plaisir que je vais vous faire partager ma passion ,Artiste autodidacte, polyvalente quant aux techniques Quelle que soit l'évolution de mon travail , il bénéficie d'une palette joyeuse agrémentée de dentelle soit peinte soit collée en créant une atmosphère très féminine Je vous souhaite une bonne visite N Siret :52189801500016
  • Contact

Pour tous renseignements

Rechercher

Droit d' auteur

      Le code de la propriété intellectuelle et artistique n’autorisent, aux termes des alinéas 2 & 3 de l’article L-122-5 d’une part, que les « copies » ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective , et d’autre part, que « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit, est illicite » (alinéa 1er de l’article L-122-4) « Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code Pénal). Si vous souhaitez utiliser photos ou projets publiés sur ce blog, merci de me contacter.      

Les œuvres présentées sur ce site sont protégées par la Loi sur le droit d’auteur français. Toute reproduction totale ou partielle est formellement interdite sans l’autorisation écrite de Plin Anita . ormément à la loi, Toutes les photos de mes charmeuses   commencant ou finissant par A sont  ma propriété et ne sont pas libres de droits   Je vous remercie par avance



 

Plin Anita le site